Hypocrisie internationale à propos de la loi israélienne sur l’État-nation : ce qui est bon pour l’oie n’est par bon pour le jar (Micha Danzig) (fr + eng)

Titre original : International Hypocrisy on Israel’s Nation-State Law: What’s Good for the Goose Is Not Good for the Gander
Date de publication : 9 août 2018
Auteur de l’article : Micha Danzig
Site de publication : The Algemeiner
URL du site : https://www.algemeiner.com
URL de l’article : https://www.algemeiner.com/2018/08/09/international-hypocrisy-on-israels-nation-state-law-whats-good-for-the-goose-is-not-good-for-the-gander
Traduction : ‘Ami Artsi עמי ארצי
Date de traduction : 10 août 2018
Site de traduction : Israëlia ישראליה

(Cliquez sur l’image pour obtenir sa taille réelle)

Le tollé suscité par la loi israélienne sur l’État-nation a démontré, une nouvelle fois, le standard différent imposé par tant d’hypocrites, de bigots et de personnes bien intentionnées mais mal inspirées à Israël .

J’ai récemment voyagé en Catalogne. En plus de la nourriture délicieuse, des plages incroyables, de l’art incroyable, du temps très chaud – et des gens tout aussi chaleureux (si vous êtes Israélien, cela devrait vous sembler familier), l’une des choses que j’ai remarquées partout où je suis allé à Barcelone, à Gérone, et à Figueres était la popularité et l’importance du mouvement indépendantiste catalan.

Partout, en Catalogne, on peut voir le drapeau catalan, des pancartes exigeant la libération des prisonniers politiques catalans, des pancartes déplorant le retard de l’indépendance catalane et des panneaux accueillant les visiteurs de la « République de Catalogne ».

En dépit du fait qu’il y ait plus de 2,5 millions de non-Catalans vivant en Catalogne  (sous domination espagnole) – sur une population de 7,5 millions de personnes -, il est clair, selon le vote du referendum sur l’Indépendance catalane en 2017, que l’écrasante majorité des personnes en Catalogne souhaitent être indépendantes de l’Espagne. Il est également clair qu’elles souhaitent avoir le droit à l’autodétermination et à la souveraineté plutôt qu’une domination étrangère dans leur pays d’origine, tout comme de nombreuses populations autochtones d’Europe les ont obtenues récemment : les Tchèques, les Lettons, les Slovaques, les Polonais, etc.

Si le peuple catalan obtenait son indépendance de l’Espagne, alors compte tenu de l’importance de la langue catalane pour l’identité catalane, l’une des lois fondatrices d’une Catalogne nouvellement indépendante serait probablement une consolidation le fait que la langue nationale de Catalogne est le catalan, et non l’espagnol. Ceci est similaire à la Lettonie, qui ne reconnaît que le letton comme langue officielle du pays et rejette le russe en tant que langue officielle – même s’il s’agit de la première langue (ou langue maternelle) d’environ un tiers de la population lettone.

De même, si le peuple catalan atteignait son indépendance, il serait probable qu’il inscrive dans ses lois une déclaration sur le droit exclusif des Catalans à l’autodétermination dans leur pays relativement petit, de manière similaire à ce qui est énoncé dans le préambule de la Constitution estonienne.

À la lumière du nombre de Catalans vivant en dehors des terres indigènes et historiques du peuple catalan, il est également probable qu’une loi catalane reflète les lois sur l’immigration de l’Italie, de l’Ukraine, de l’Irlande ou de la Pologne (parmi de nombreux autres pays), et offrirait une citoyenneté quasi-immédiate aux personnes d’origine catalane vivant dans la diaspora catalane.

Compte tenu de l’importance de l’identité catalane pour le peuple de Catalogne et de la fierté de la plupart des Catalans dans leur Histoire et leur patrimoine, il serait également logique que les Catalans – s’ils parvenaient à gagner leur indépendance – adoptent des lois comme la République d’Arménie, qui encouragent le développement de la culture catalane, la préservation de la culture catalane ainsi que le rapatriement et l’installation des Catalans.

Israël, l’État-nation du peuple juif, est, comme l’Arménie, la Lettonie, l’Estonie, la Pologne, la République tchèque, l’Ukraine et d’autres, l’État unique d’un peuple indigène dont les terres ont souvent été occupées par les puissances coloniales. Et Israël a récemment adopté une loi « de l’État-nation » qui, à bien des égards, reflète ce à quoi ressemblerait probablement une loi « de l’État-nation » catalane.

(Cliquez sur l’image pour obtenir sa taille réelle)

En fait, si vous remplaciez « Israël » par « la Catalogne », « arabe » par « espagnol », « hébreu » par « catalan » et « peuple juif » par « peuple catalan », la loi  « d’État-nation » récemment adoptée en Israël – à quelques exceptions près spécifiques à Israël et au peuple juif (tel que le symbole de l’État étant l’étoile de David) – constituerait un très bon point de départ pour une loi catalane d ‘ »État-nation ».

Et cela met en lumière la question la plus flagrante de toutes les agitations et les accusations de discrimination lancées contre Israël et son gouvernement au sujet de la nouvelle loi.

Un problème avec l’alarmisme sur la législation d’Israël, c’est l’échec par la plupart de ses critiques les plus véhéments à reconnaître qu’elle a été adoptée pour combler un vide en ce qui concerne l’objectif essentiel et l’identité de l’État – parce que, tout comme la Grande-Bretagne, Israël n’a pas une constitution écrite et s’appuie plutôt sur des ensembles de « lois fondamentales » pour identifier ses principes fondamentaux.

Un autre problème avec la critique exagérée et apocalyptique, c’est que beaucoup de ceux qui prétendent que la loi juive « de l’État-nation » viole, en quelque sorte, la liberté individuelle ou annonce la fin imminente de la démocratie en Israël, ignorent le fait qu’Israël dispose déjà de lois fondamentales pour protéger les libertés individuelles (telles que la loi fondamentale : Dignité humaine et liberté) et pour définir les différentes branches du gouvernement (comme la loi fondamentale : la Knesset).

Bien sûr, un autre problème significatif avec une grande partie de la critique, est les nombreuses personnes qui décrient le prétendu racisme de la loi. Ces personnes prétendent qu’elle détruit en quelque sorte les droits des minorités en Israël, alors qu’elles se trouvent dans l’impossibilité d’identifier de manière crédible une seule disposition de la loi qui contredise ou remplace les autres lois fondamentales d’Israël (qui protègent et garantissent les droits individuels de tous les citoyens israéliens, quelle que soit leur appartenance ethnique, leur religion, ou leur sexe).

Tout ce qui précède est une bonne raison de déplorer les attaques contre les dirigeants élus démocratiquement d’Israël en adoptant une loi conçue pour définir l’identité du pays et inscrire dans la loi son objectif fondamental : être l’État souverain et indépendant et le refuge du peuple juif dans sa patrie indigène (tout en étant le seul pays de tout le Moyen-Orient à offrir tous les droits civils et les libertés civiles à tous ses citoyens). Cependant, l’aspect le plus méprisable de tout cela, c’est le standard d’une différence de la taille du Grand Canyon qui est imposé à Israël.

(Cliquez sur l’image pour obtenir sa taille réelle)

L’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, l’Italie, l’Irlande, l’Arménie et de nombreux autres pays ont tous des lois similaires. Pourtant, il n’y a eu encore aucun déluge d’articles de presse (comme il y en a eu dans le cas d’Israël)  des articles évoquant sur la façon dont ces lois annoncent la fin de la démocratie dans ces pays. Et si les Catalans, les Kurdes, les Tibétains ou d’autres peuples autochtones peuvent – comme le peuple juif – établir un État indépendant sur leur terre d’origine, alors (si l’Histoire est un indicateur), il y a de très grandes chances qu’ils adoptent des lois similaires cherchant à identifier et à protéger l’objectif fondamental de leur pays, sans jamais être sujet aux annonces apocalyptiques et absurdes faites au vitriol sur de tiranie et d’oppression faites par les BBC et les CNN du monde.

Malheureusement, s’il y a une constante dans notre monde dynamique et en constante évolution, c’est qu’Israël n’est pas seulement tenu à un standard plus élevé que celui de tous les autres pays, mais qu’il est soumis à une norme impossible et en constante évolution – une norme qui n’est appliquée à personne d’autre. Il y a un terme pour discriminer le seul État juif du monde en le soumettant à une norme différente de celle qui s’applique à tous les autres pays : c’est « antisémitisme ». Et c’est une chose à laquelle toute personne (et, bien sûr, tous les Juifs) devrait s’opposer, même celles ne sont pas partisanes de la loi juive « de l’État-nation ».

(Cliquez sur l’image pour obtenir sa taille réelle)


Original title : International Hypocrisy on Israel’s Nation-State Law: What’s Good for the Goose Is Not Good for the Gander
Date of the publication : August 9, 2018
Author of the article : Micha Danzig
Website of the publication : The Algemeiner
Address of the website : https://www.algemeiner.com
Address of the article : https://www.algemeiner.com/2018/08/09/international-hypocrisy-on-israels-nation-state-law-whats-good-for-the-goose-is-not-good-for-the-gander

(Click on the picture to obtain its full size)

The uproar over Israel’s “nation-state” law has once again demonstrated the different standard that so many hypocrites, bigots, and various well-meaning but misguided people impose on Israel.

I recently traveled to Catalonia. Besides the delicious food, incredible beaches, incredible art, very warm weather — and equally warm people (if you are an Israeli, this should sound familiar) — one of the things I noticed everywhere I went in Barcelona, Girona, and Figueres was the popularity and prominence of the Catalonian independence movement.

Everywhere in Catalonia one sees the Catalonian flag, signs demanding the freedom of Catalonian political prisoners, signs lamenting the delay of Catalonian independence, and signs welcoming visitors to the “Republic of Catalonia.”

Despite the fact that there are more than 2.5 million non-Catalans living in Catalonia (under Spanish rule) — out of a population of 7.5 million — it is clear, based on the vote on the Catalan Independence Referendum in 2017, that the overwhelming majority of people in Catalan wish to be independent from Spain. It’s also clear that they wish to have the right to self-determination and sovereignty from foreign rule in their indigenous homeland, just like numerous other indigenous peoples in Europe have relatively recently achieved: the Czechs, the Latvians, the Slovaks, the Poles, etc.

If the Catalan people were to achieve their independence from Spain, then given the importance of the Catalan language to Catalan identity, one of the foundational laws for a newly independent Catalan would likely be one cementing that the national language of Catalonia is Catalan, and not Spanish. This is similar to Latvia, which only recognizes Latvian as the official language of the country and rejects Russian as an official language — even though it is the first language (or mother tongue) of about one-third of the people in Latvia.

Similarly, if the Catalan people were to achieve their independence, they would likely embed in their laws a statement regarding the Catalan’s people exclusive right to self-determination in their relatively tiny country, similar to what is set forth in the preamble to the Estonian Constitution.

In light of the number of Catalonians living outside of the indigenous and historical lands of the Catalan people, it is also likely that a Catalonian law would mirror the immigration laws of Italy, Ukraine, Ireland, or Poland (among many other countries), and would offer near-immediate citizenship to people of Catalonian descent who live in the Catalan diaspora.

Given the importance of Catalan identity to the people of Catalonia and the pride that most Catalonians have in their history and heritage, it would also make sense for the Catalonians — if they were to ever gain their independence — to have laws in place like the Republic of Armenia, which promote the development of Catalonian culture, the preservation of Catalonian culture, and the repatriation and settlement of Catalonians.

Israel, the nation state of the Jewish people, is, similar to Armenia, Latvia, Estonia, Poland, the Czech Republic, Ukraine, and others — the sole state of an indigenous people whose land has often been occupied by colonial powers. And Israel recently passed a “nation-state” law that in many respects reflects what a Catalan “nation-state” law would likely look like.

(Click on the picture to obtain its full size)

In fact, if you replaced “Israel” with “Catalonia,” “Arabic” with “Spanish,” “Hebrew” with “Catalan,” and “Jewish people” with “Catalan people,” the recently passed “nation-state” law in Israel — with a few exceptions that are specific to Israel and the Jewish people (such as the symbol of the state being the Star of David) — would make a very good starting point for a Catalonian “nation-state” law.

And this illuminates the most egregious issue with all of the hand-wringing and accusations of discrimination being hurled at Israel and its government over the new law.

One problem with all of the hyperbole over Israel’s legislation is the failure by most of its most vociferous critiques to acknowledge that it was passed to fill a void regarding the essential purpose and identity of the state — because, just like Britain, Israel does not have a written constitution and instead relies on sets of “Basic Laws” to identify its core principles.

Another problem with the over-the-top “sky is falling” criticism is that many of the people who claim that the Jewish “nation-state” law somehow infringes on individual liberty or signals the imminent end of democracy in Israel, ignore the fact that Israel already has Basic Laws to protect individual freedoms (such as the Basic Law: Human Dignity and Liberty), and to define the various branches of government (such as the Basic Law: The Knesset).

Certainly, another significant problem with much of the criticism is the numerous people who decry the alleged racism of the law. These people claim that it somehow destroys the rights of minorities in Israel, all while they cannot credibly identify a single provision in the law that contradicts or supersedes Israel’s other Basic Laws (which protect and guarantee the individual rights of all Israeli citizens, regardless of ethnicity, religion, or gender).

All of the foregoing are good reasons for lamenting the attacks on Israel’s democratically-elected leaders passing a law designed to define the identity of the country, and to enshrine into law its fundamental purpose, which is to be the sovereign, independent state and safe haven of the Jewish people in their indigenous homeland (all while still being the only country in the entire Middle East that provides full civil rights and civil liberties to all of its citizens). However, the most despicable aspect of all of this, is the Grand Canyon-size different standard imposed on Israel.

(Click on the picture to obtain its full size)

Estonia, Latvia, Lithuania, Italy, Ireland, Armenia, and numerous other countries all have similar laws — yet there has been no deluge of newspaper articles (as has been the case with Israel) breathlessly reporting on how their laws signal the end of democracy in those countries. And if the Catalans, Kurds, Tibetans, or some other indigenous people are able — like the Jewish people — to establish an independent state in their indigenous homeland, then (if history is any indicator) the odds are pretty good that they too will be able to pass similar laws seeking to identify and protect the fundamental purpose of their country, all without being subject to vitriol and absurd “sky is falling” pronouncements of tyranny and oppression by the BBCs and CNNs of the world.

Sadly, if there is one constant in our dynamic and ever changing world, it is that Israel is not only held to a higher standard than every other country, but that it is held to an impossible, ever-changing standard — a standard that is applied to no one else. There is a term for discriminating against the world’s only Jewish state by holding it to a different standard than is applied to all other countries: it is “antisemitism.” And that, is something all people (and certainly all Jews) should oppose, even those who are not supporters of the Jewish “nation-state” law.

(Click on the picture to obtain its full size)

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.