Les Juifs et Israël (‘Ami Artsi עמי ארצי) (fr)

 –

Il y a quelques jours, la Ministre israélienne des Affaires Étrangères, Tsipi Hotovely, avait gaffé une première fois en attaquant les Juifs américains. Elle leur disait que n’envoyant pas leurs enfants à l’armée, ils n’avaient aucun droit de critiquer la politique israélienne car ils ne peuvent, par conséquent, pas comprendre la réalité israélienne.

 –

Le Premier Ministre, Binyamin Netanyahou, a alors rapidement réagit et était sur le point de limoger sa ministre sur le champs, mais Tsipi Hotoveli a publié un communiqué, un mea culpa, dans lequel elle présentait ses plus plates et sincères excuses aux Juifs américains,  reconnaissant publiquement que ses propos étaient très maladroits et qu’elle avait tort.

 –

Cette erreur a, néanmoins, permis de délier certaines langues, mais malheureusement, pas celles des personnes les plus inspirées. Certains Israéliens considèrent que les Juifs de diaspora n’ont pas leur mot à dire sur Israël, que seuls les Israéliens vivant en Israël, y ayant fait l’armée ont le droit de s’exprimer au sujet d’Israël…

Cette prise de position soulève la question du lien entre les Juifs du monde et Israël, et entre Israël et les Juifs du monde.

 –

C’est l’objet de cet article.

 –

Le peuple Juif a un lien extrêmement fort et intime avec la Terre d’Israël depuis 3 000 ans et son premier exil. Lors de notre second exil, nous avons, pour la plupart, été dispersés aux quatre coins du monde et avons trouvé différents pays d’accueil. Cependant, notre lien envers notre Terre a toujours été affectivement très développé et intense.

 –

Nous sommes allés de ville en ville, de pays en pays, poussés à partir pour fuir les persécutions qui s’abattaient sur nous, mais nos esprits et nos cœurs sont toujours restés profondément liés à notre terre d’origine et nous aspirions tous à y retourner en tant que peuple souverain, nous espérions tous avoir le très grand honneur de connaître cette époque dont nous serions les témoins.

 –

De 1894 à 1906, en France, a lieu l’Affaire Dreyfus, une affaire parfaitement injuste et scandaleuse basée sur de fausses accusations portées contre le Capitaine Alfred Dreyfus, Juif assimilé, accusé à tort de trahison, d’intelligence avec l’ennemi, et déchu, humilié, déshonoré, condamné à l’indignité nationale, par pure malveillance antisémite. Cette affaire rappelle aux Juifs même les plus assimilés que jamais ils ne seront réellement intégrés et qu’un jour, alors qu’ils se croient enfin en sécurité et en paix, l’Etat français peut en faire des bouc émissaires.

 –
 –

Témoin de cette affaire révoltante, un autre Juif assimilé, journaliste hongrois, celui-là, Theodor Herzl (Binyamin Zeev Herzl, de son nom hébraïque), profondément écœuré et révolté, comprend que les Juifs ne seront jamais libres, en paix et en sécurité dans leurs pays d’accueil, que l’antisémitisme peut s’abattre violemment sur eux n’importe où et n’importe quand, qu’il l’a toujours fait et qu’il le fera toujours. Il en vient à la conclusion qu’il leur faut un Etat où ils seraient maîtres de leur destin, un Etat où ils seraient un peuple libre et souverain. En 1896, deux ans avant l’article d’Emile Zola « J’Accuse…! », paru dans le journal L’Aurore, Herzl publie un livre « Der Judenstaat » (L’Etat Des Juifs) dans lequel il parle de cette mesure absolument indispensable. Il pense bien sûr au pays d’origine de tous les Juifs, communément appelé Judée ou encore « Palestine ».

 –
 –

 –

C’est ainsi que tout commença, c’est ainsi que le peuple juif allait retrouver sa souveraineté volée par différentes puissances, civilisations et peuples, sur sa terre ancestrale. C’est ainsi que 52 ans plus tard, l’Etat des Juifs était devenu une réalité. Seulement, il y a eu un changement lexical qui a entraîné un changement des mentalités : l’Etat des Juifs est peu à peu devenu l’Etat juif, ce qui n’est pas du tout pareil. Dès lors certains israéliens considèrent que leur Etat est juif et qu’ils sont citoyens de l’Etat juif, non pas parce qu’ils sont Juifs mais parce qu’ils sont Israéliens et que, par conséquent, les Juifs du monde n’étant pas forcément Israéliens n’ont pas leur mot à dire sur l’Etat d’Israël, que seuls les Israéliens ont le droit de critiquer « leur » Etat, qu’ « être Juif ne donne pas obligatoirement droit à Israël », qu’ « être Juif ne donne pas obligatoirement droit à une prise en charge par le gouvernement israélien », qu’ « être Juif ne donne pas obligatoirement le droit de commenter et de critiquer des actions ou des décisions dont nous ne pouvons comprendre réellement la portée ou la réalité si nous n’habitons pas en Israël », et que « nos donations ne nous en donnent pas non plus obligatoirement le droit »…. mais que « la seule chose qu’être Juif signifie, en ce qui concerne la réalité politique du pays, est la possibilité de faire sa ‘alyah et d’acquérir la citoyenneté israélienne », et que si les Juifs […] souhaitent être constructifs dans leurs critiques et faire changer les choses, qu’ils fassent leur ‘alyah ! Ils pourront ainsi critiquer, voter, manifester, se mobiliser »…

 –

Si… Bien sûr que si !

 –

Être juif nous donne obligatoirement droit à Israël !

 –

Bien sûr que si : être Juif nous donne obligatoirement droit à une prise en charge par le gouvernement israélien, quand on vit en Israël (et ce devrait aussi être le cas quand on vit en dehors !).

 –

Nous sommes le peuple et c’est notre pays, nous sommes le peuple et c’est notre Etat.

 –

Nous sommes lui et il est nous.

 –

Ce n’est pas seulement pour les Juifs vivant en Israël qu’il a été créé mais pour nous tous !

 –

Bien sûr que si : être Juif nous donne pleinement le droit de commenter et de critiquer des actions ou des décisions israéliennes !

 –

Quant à « nos donations ne nous en donnent pas non plus obligatoirement le droit. », c’est faux, et ce type de propos risque surtout de vexer et braquer tout les Juifs du monde avec, comme conséquence possible, un refus des Juifs de diaspora de s’engager plus longtemps dans le soutien et la défense de leur Etat.

 –

Car que l’on vive ou non en Israël, notre pays EST Israël, notre Etat EST Israël et notre survie dépend de lui et la sienne dépend de nous ! Il ne faut jamais l’oublier.

 –

Comme certains d’entre nous, ma famille a été très active dans la création de l’Etat d’Israël, elle a co-organisé les départs des Juifs de Tunisie vers l’Etat d’Israël en coordination directe avec Eri Jabotinski (le fils de Zeev, dont vous avez pu, de temps en temps apercevoir un télégramme en haut du blog), et avant cela, un certain nombre d’entre nous sont morts, ont donné leur vie pour faire renaître la souveraineté juive en Israël, certains ont contracté la malaria, d’autres sont morts dans des attaques arabes !

 –

Que les Israéliens n’oublient jamais que s’ils sont Israéliens et qu’ils vivent en Israël, c’est grâce aux Juifs de diaspora qui sont venus et ont bravé tous les dangers pour faire renaître notre Etat.

 –

Herzl et Jabotinski, Golda Meir et David Ben Gourion, ne sont pas nés Israéliens, ils sont nés et morts, aussi, pour la moitié d’entre eux, en diaspora !

 –

Il n’empêche que leurs rôles ont été des rôles clé dans l’Histoire de notre Etat ! Qu’on ne l’oublie JAMAIS !

 –

Personnellement, j’ai fait ma ‘alyah en 1993, je suis Juif et j’ai la nationalité israélienne, j’ai vécu 2 ans en Israël, dans un appartement avec shoutafim (colocataires), mais je ne vis aujourd’hui plus en Israël à cause d’un problème familial et parce que je ne remettrai pas les pieds dans mon pays tant que l’Etat d’Israël ne prendra pas les mesures indispensables contre les terroristes et pour devenir un havre de paix pour tous les Juifs, un pays où un Juif n’aura plus à craindre pour sa vie, un Etat refuge pour le peuple juif (comme l’avait voulu Herzl), un Etat de tous les Juifs de la Terre, où chacun est chez lui, un Etat où les Juifs pourraient venir s’installer et où tout serait fait pour leur faciliter leur vie et leur intégration.

 –

Ce qui ne m’empêche pas, au grand dam de certains, d’émettre mon avis sur la politique israélienne et c’est aussi le droit à émettre mon avis qui me donne celui de défendre notre Etat et ses valeurs. Envers et contre tous, s’il le faut !

 –

Israël est géographiquement à 4 000 km du pays dans lequel je vis actuellement, mais il est présent dans tout mon être, dans chacune des cellules de mon corps. Et ce ne sont pas les élucubrations hasardeuses de certains Israéliens qui feront d’Israël un pays et un Etat étrangers à moi ni qui feront de moi un étranger à eux !

 –

Nous, Juifs et Israël, sommes intrinsèquement liés et nos destins sont étroitement liés, que ça plaise ou non à ces Israéliens et au reste du monde !

 –

Il n’est ni judicieux ni juste de tenter de dresser l’Etat d’Israël contre les Juifs et d’opérer entre eux une scission, voire une hostilité !

 –

Heureusement que les Juifs de diaspora défendent et soutiennent Israël, et, pour la plupart, se battent contre la propagande anti-israélienne car Israël se démerde vraiment horriblement mal en la matière !

 –

L’Etat d’Israël n’est pas l’Etat des Israéliens, c’est l’Etat des Juifs !

 –

Je rappelle d’ailleurs que la traduction exacte du titre du livre de Theodor Herzl « Der Juden Staat » n’est pas « L’Etat juif » mais « L’Etat Des Juifs ».

 –

Les Israéliens n’ont pas à se substituer aux Juifs car si la plupart d’entre eux sont Juifs, tous ne le sont pas, « Israélien » est une nationalité « Juif » est un peuple.

 –

Ce n’est pas pour les Juifs nés en « Palestine » avant la création de l’Etat moderne d’Israël qu’a été restauré la souveraineté juive, c’est pour les Juifs du monde entier, y compris ceux nés en « Palestine » !

 –

Ne l’oublions pas !

 –

En tant que Juif, je dois avoir le droit de me scandaliser de la passivité totale de l’Etat d’Israël qui accepte docilement que les pays mettent leurs ambassades à Tel Aviv et attend servilement qu’ils veulent bien se donner la peine de changer d’avis au lieu de taper du poing sur la table en faisant passer une loi interdisant purement et simplement que les ambassades s’ouvrent ou se maintiennent ailleurs que dans la capitale israélienne : Jérusalem !

 –

Israël et les Juifs du monde entier doivent resserrer leur liens beaucoup plus qu’ils ne le sont actuellement. Les initiatives peuvent venir des Juifs de diaspora mais elles doivent surtout venir de l’Etat d’Israël : Il devrait y avoir des échanges réguliers entre l’Etat d’Israël et les Juifs de par le monde, des rendez-vous annuels, voire bi-annuels en diaspora et en Israël avec des responsables israéliens. Le droit de vote aux élections israéliennes pour les Juifs de diaspora pourrait être débattu lors de l’un d’entre eux, mais il est important de se souvenir qu’Israël, avant d’être un Etat EST D’ABORD UN PEUPLE, et de ce fait les Juifs de nationalité israélienne et les Juifs du monde entier, le peuple qui s’appelle le peuple d’Israël, ont une importance vitale pour l’Etat d’Israël qu’il ne faut à aucun prix ignorer ou minorer.

 –

Je suis contre l’ingérence non-Juive dans la politique de l’Etat juif ! La critique non-juive est une action légitime, l’ingérence non-juive, non ! Car c’est aux Juifs de prendre leur destin en main. Et si on a un problème à un niveau ou à un autre avec notre pays, notre Etat, on règle ça avec lui, ou entre nous, pas en faisant intervenir contre notre Etat le gouvernement du pays dans lequel on vit !

 –

Être Juif nous donne JUSTEMENT tous les droits sur Israël, même si l’on n’y vit pas, parce que ce n’est pas parce que l’on y vit pas que ce n’est pas une priorité pour nous et une préoccupation quotidienne et vitale pour nous !

 –

Vouloir interdire aux Juifs du monde de commenter la politique israélienne, c’est vouloir instaurer un régime totalitaire qui n’accepte aucune critique (mêlant habilement trois  choses différentes : critiques, calomnies et ingérence et faire obstacle à tout dialogue), et donc à toute réflexion, évolution.

 –

Si l’on conteste le droit aux critiques venant des Juifs de diaspora, disant hypocritement que s’ils veulent s’exprimer contre telle loi, telle mesure, tel projet de loi, tel gouvernement, telles actions, ils n’ont qu’à venir faire leur ‘alya, vivre en Israël, y faire leur armée, etc. (ça fait beaucoup de conditions qui ne sont pourtant, assez bizarrement, jamais requises lorsque nous critiquons la gauche israélienne ! Là, on nous accueille les bras ouverts ! Étrange, ne trouvez-vous pas ?)

 –

Cette attitude provocatrice et totalitaire est néfaste pour notre pays tout entier et pour tout notre peuple, par voie de conséquence, en plus d’être scandaleusement ingrate et absolument pas sensée !

 –
Je n’ai jamais dit qu’être donateur donnait des droits mais il en donne, en effet ! Dont celui de recevoir un minimum de reconnaissance, tout de même et non pas de l’ingratitude et de la boue au visage !
Contrairement à ce que certains croient, ce n’est pas une mitsva, de faire des dons à Israël. Une mitsva n’est pas une « bonne action », comme certains se l’imaginent… c’est un commandement, un ordre reçu de Dieu. Il n’est nulle part mentionné dans la Torah (ni même dans l’ensemble du Tanakh ni dans le Talmud) « L’Etat d’Israël, tu soutiendras ». Ce n’est pas une mitsva. Par contre c’est une action positive et généreuse.
Mais ce n’est pas que cela : notre argent finance l’Etat d’Israël, son armée, sa reforestation, ses services sociaux, etc… Donc : Oui ! Oui, oui ! Absolument, nous participons activement au fonctionnement de l’Etat d’Israël et cela mérite tout de même un peu de considération, même si nous ne le faisons pas dans ce but.
Maintenant, le fait de s’exprimer, d’exprimer son avis, de critiquer positivement ou négativement en se basant sur des faits concrets et vérifiés, est un droit inaliénable de tout un chacun qui ne peut être soumis à des conditions, quelles qu’elles soient. Ce n’est donc pas le fait de faire des dons qui nous donne ce droit, nous l’avions tous déjà, il le renforce seulement comme le fait d’être Juifs nous donne un statut privilégié pour émettre notre avis sur le fonctionnement de notre Etat et un statut exclusif sur la destinée de celui-ci.
En Israël, il y a des Juifs (une majorité) et des non-Juifs (une minorité) qui sont nés en Israël, vivent en Israël et ont la nationalité israélienne… Malgré cela, Israël est l’Etat juif ! Notre Etat ! Ce n’est pas le fait d’être Israélien qui donne une légitimité à la critique fondée et vérifiée, positive comme négative, ça, tout le monde l’a, Juifs comme non-Juifs, en Israël et en dehors…
… En revanche, il y a une différence entre critiquer légitimement des faits avérés et mentir, calomnier. La calomnie n’est pas un droit. C’est un délit dans toutes les démocraties.
Il existe encore une autre différence : celle de critiquer, positivement ou négativement et exercer des pressions, faire de l’ingérence dans la politique d’un pays.
 –
Critiquer (positivement ou négativement) est le droit fondamental de chacun sur Terre tandis que faire de l’ingérence, est une action qui implique le fait d’être extérieur et de s’immiscer dans la vie d’un pays qui n’est pas le sien.
 –
Les gouvernements de la communauté internationale tentent de faire de l’ingérence dans la politique israélienne et n’en ont aucun droit.
 –
Les Juifs, en revanche, ne sont pas extérieurs à cet Etat et lui n’est pas extérieur à eux, qu’ils soient ou non Israéliens, qu’ils soient ou non nés en Israël, qu’ils vivent ou non en Israël, qu’ils y aient ou non fait leur service militaire, ils ont leur mot à dire et sont 100% légitimes à le faire.
 –
Personne ne l’est plus que nous, Juifs (Juifs d’Israël comme Juifs du monde) !
 –
Il faut bien comprendre ce qu’est l’Etat d’Israël et je pense que certains semblent l’oublier et s’acharner à le saboter à la racine en s’attaquant à ses valeurs fondatrices et en substituant les citoyens israéliens au peuple juif.
 –
Depuis ma lointaine galout j’ai mes préférences en matière de partis politiques israéliens, et je les exprime. Israël est toute ma vie, j’y pense à mon réveil jusqu’à mon coucher, je m’informe en permanence à son sujet et je passe mes journées à le défendre contre les attaques injustes dont il est la cible ! Je ne suis pas le seul dans ce cas. Nous sommes nombreux, très nombreux, et nous avons le droit de parler d’Israël et de commenter ses actions, et je dénie à quiconque le droit de nous en priver !

 –
L’Etat d’Israël et le peuple d’Israël sont intrinsèquement, inextricablement et intimement liés. Rien ni personne n’a pu défaire ce lien en 3 000 ans, rien ni personne ne le pourra jamais.
 –
‘Ami Artsi עמי ארצי

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s