Discours intégral de Donald Trump au sujet de Jérusalem (6 décembre 2017) (fr+eng)

J’ai souvent critiqué Trump pour son manque d’audace, son manque de courage et son manque d’actes concrets. Hier, Donald Trump a montré un nouveau visage que l’on n’avait jamais vu en 1 an de sa présidence des Etats-Unis d’Amérique, pas plus que celles de tous ses prédécesseurs depuis de bien trop nombreuses décennies. Donald Trump peut être critiquable sur bien des aspects  mais il faut reconnaître qu’il a, hier, redonné une force historique aux Etats-Unis d’Amérique, lui a rendu sa dignité en prononçant ce discours historique dont Emmanuel Macron ferait bien de prendre de la graine et qui, de toute évidence, générera des initiatives similaires. Ce discours ouvre une nouvelle page de l’Histoire. Je vous propose d’écouter et de lire le discours mémorable de Monsieur Donald Trump et qui constitue le 1er acte fort et juste de sa présidence.

‘Ami Artsi עמי ארצי

I have often criticized Trump for his lack of audacity, lack of courage and lack of concrete action. Yesterday, Donald Trump showed a new face that had never been seen in one year of his presidency of the United States of America, any more than those of all his predecessors for far too many decades. Donald Trump may be criticized in many respects, but it must be acknowledged that yesterday he gave back a historic force to the United States of America, and restored his dignity by delivering this historic speech that Emmanuel Macron would do well. take seed and which will obviously generate similar initiatives and open a new page of history. I suggest you listen to and read Mister Donald Trump’s memorable speech, which is the first strong and just act of his presidency.

‘Ami Artsi עמי ארצי

« When I came into office, I promised to look at the world’s challenges with open eyes and very fresh thinking. We cannot solve our problems by making the same failed assumptions and repeating the same failed strategies of the past. All challenges demand new approaches.

My announcement today marks the beginning of a new approach to conflict between Israel and the Palestinians. In 1995, congress adopted the Jerusalem Embassy Act urging the federal government to relocate the american embassy to Jerusalem and to recognize that that city, and so importantly, is Israel’s capital. This act passed congress by an overwhelming bipartisan majority and was reaffirmed by unanimous vote of the senate only six months ago.

Yet for over 20 years, every previous American president has exercised the law’s waiver, refusing to move the U.S. Embassy to Jerusalem or to recognize Jerusalem as Israel’s capital city. Presidents issued these waivers under the belief that delaying the recognition of Jerusalem would advance the cause of peace. Some say they lacked courage, but they made their best judgment based on facts as they understood them at the time.

Nevertheless, the record is in. After more than two decades of waivers, we are no closer to a lasting peace agreement between Israel and the Palestinians. It would be folly to assume that repeating the exact same formula would now produce a different or better result.

Therefore, I have determined that it is time to officially recognize Jerusalem as the capital of Israel.

While previous presidents have made this a major campaign promise, they failed to deliver.

Today, I am delivering. I have judged this course of action to be in the best interests of the united states of america, and the pursuit of peace between Israel and the Palestinians. This is a long overdue step to advance the peace process and to work towards a lasting agreement.

Israel is a sovereign nation with the right, like every other sovereign nation, to determine its own capital. Acknowledging this as a fact is a necessary condition for achieving peace. It was 70 years ago that the United States, under President Truman, recognized the State of Israel.

Ever since then, Israel has made its capital in the city of Jerusalem. The capital the jewish people established in ancient times.

Today, Jerusalem is the seat of the modern Israeli government. It is the home of the Israeli parliament (the Knesset), as well as the Israeli supreme court. It is the location of the initial residence of the prime minister and the president. It is the headquarters of many government ministries. For decades, visiting American presidents, secretaries of state, and military leaders have met their israeli counter-parts in Jerusalem, as I did on my trip to israel earlier this year.

Jerusalem is not just the heart of three great religions, but it is now also the heart of one of the most successful democracies in the world. Over the past seven decades, the israeli people have built a country where Jews, Muslims and Christians, and people of all faiths are free to live and worship according to their conscience and according to their beliefs.

Jerusalem is today and must remain a place where Jews pray at the western wall, where Christians walk the stations of the cross, and where Muslims worship at Al-Aqsa Mosque.

However, through all of these years presidents representing the United States have declined to officially recognize Jerusalem as Israel’s capital. In fact, we have declined to acknowledge any israeli capital at all. But today we finally acknowledge the obvious, that Jerusalem is Israel’s capital.

This is nothing more or less than a recognition of reality. It is also the right thing to do. It’s something that has to be done. That is why, consistent with the Jerusalem Embassy Act, I am also directing the state department to begin preparation to move the American embassy from Tel Aviv to Jerusalem. This will immediately begin the process of hiring architects, engineers and planners so that a new embassy, when completed, will be a magnificent tribute to peace.

In making these announcements, I also want to make one point very clear. This decision is not intended in any way to reflect a departure from our strong commitment to facilitate a lasting peace agreement. We want an agreement that is a great deal for the israelis, and a great deal for the palestinians. We are not taking a position of any final status issues, including the specific boundaries of the israeli sovereignty in Jerusalem or the resolution of contested borders. Those questions are up to the parties involved.

The United States remains deeply committed to helping facilitate a peace agreement that is acceptable to both sides. I intend to do everything in my power to help forge such an agreement. Without question, Jerusalem is one of the most sensitive issues in those talks. The United States would support a two-state solution if agreed to by both sides.

In the meantime, I call on all parties to maintain the status quo at Jerusalem’s holy sites, including the temple mount, also known as Haram al-sharif.

Above all, our greatest hope is for peace. The universal yearning in every human soul. With today’s action, I reaffirm my administration’s long standing commitment to a future of peace and security for the region. There will of course be disagreement and dissent regarding this announcement. But we are confident that ultimately, as we work through these disagreements, we will arrive at a peace and a place for greater in understanding and cooperation.

This sacred city should call forth the best in humanity, lifting our sights to what is possible, not pulling us back and down to the old fights that have become so totally predictable.

Peace is never beyond the grasp of those willing to reach it.

So today we call for calm, for moderation, and for the voices of tolerance to prevail over the purveyors of hate. Our children should inherit our love, not our conflicts. I repeat the message I delivered at the historic and extraordinary summit in Saudi Arabia earlier this year. The Middle East is a region rich with culture, spirit and history. Its people are brilliant, proud, and diverse, vibrant and strong. But the incredible future awaiting this region is held at bay by bloodshed, ignorance, and terror.

Vice President Pence will travel to the region in the coming days to reaffirm our commitment to work with partners throughout the Middle East to defeat radicalism that threatens the hopes and dreams of future generations. It is time for the many who desire peace to expel the extremists from their midst. It is time for all civilized nations and people to respond to disagreement with reasoned debate, not violence. And it is time for young and modern voices all across the middle east to claim for themselves a bright and beautiful future.

So today let us rededicate ourselves to a path of mutual understanding and respect. Let us rethink old assumptions and open our hearts and minds to possible and possibilities. And finally, I ask the leaders of the region, political and religious, Israeli and Palestinian, Jewish and Christian and Muslim, to join us in the noble quest for lasting peace.

Thank you. God bless you. God bless Israel. God bless the Palestinians. And god bless the United States.

Thank you very much. Thank you. Thank you very much, everybody. Thank you. Thank you. Thank you very much. »

Traduction française

« Quand je suis arrivé au pouvoir, j’ai promis de regarder les défis du monde avec des yeux ouverts et une pensée très fraîche, nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes en faisant les mêmes suppositions ratées et en répétant les mêmes stratégies échouées du passé.

Mon annonce d’aujourd’hui marque le début d’une nouvelle approche du conflit entre Israël et les Palestiniens. En 1995, le Congrès a adopté une loi appelée « the Jerusalem Embassy Act », exhortant le gouvernement fédéral à relocaliser l’ambassade américaine à Jérusalem et à reconnaître que cette ville est, et d’une manière si importante, la capitale d’Israël. Cette loi a passé le congrès par une majorité bipartisane écrasante et a été réaffirmée par le vote unanime du sénat il y a seulement six mois.

Pourtant, pendant plus de 20 ans, tous les anciens présidents américains ont exercé la renonciation à la loi, refusant de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem ou de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les présidents ont émis ces dérogations sous la croyance selon laquelle retarder la reconnaissance de Jérusalem ferait avancer la cause de la paix. Certains disent qu’ils manquaient de courage, mais ils ont fait de leur mieux sur la base des faits tels qu’ils les comprenaient à l’époque.

Néanmoins, le bilan est là. Après plus de deux décennies de dérogations, nous ne sommes pas plus proches d’un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens. Ce serait folie de supposer que répéter exactement la même formule produirait à présent un résultat différent ou meilleur.

Par conséquent, j’ai déterminé qu’il est temps de reconnaître officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Alors que les précédents présidents ont fait de cette campagne une promesse majeure, ils ont renoncé à la concrétiser.

Aujourd’hui, je concrétise. J’ai jugé que cette ligne de conduite était dans le meilleur intérêt des États-Unis d’Amérique et de la poursuite de la paix entre Israël et les Palestiniens. C’est un pas en avant depuis longtemps pour faire avancer le processus de paix et pour travailler vers un accord durable.

Israël est une nation souveraine ayant le droit, comme toute autre nation souveraine, de déterminer sa propre capitale. Reconnaître cela comme un fait est une condition nécessaire pour parvenir à la paix. Il y a 70 ans, les États-Unis, sous le président Truman, ont reconnu l’État d’Israël.

Depuis lors, Israël a fait de la ville de Jérusalem sa capitale. La capitale que le peuple juif avait établie dans les temps anciens.

Aujourd’hui, Jérusalem est le siège du gouvernement israélien moderne. C’est la maison du parlement israélien (la Knesset), ainsi que la cour suprême israélienne. C’est l’emplacement de la résidence initiale du Premier ministre et du président. C’est le siège de nombreux ministères de gouvernement. Pendant des décennies, des présidents américains, des secrétaires d’État et des chefs militaires américains ont rencontré leurs homologues israéliens à Jérusalem, comme je l’ai fait lors de mon voyage en Israël plus tôt cette année.

Jérusalem n’est pas seulement le cœur de trois grandes religions, mais c’est aussi le cœur de l’une des démocraties les plus réussies au monde. Au cours des sept dernières décennies, les israéliens ont construit un pays où juifs, musulmans et chrétiens, ainsi que les personnes de toutes confessions, sont libres de vivre et de prier selon leur conscience et selon leurs croyances.

Jérusalem est aujourd’hui et doit rester un lieu où les Juifs prient au Mur Occidental, où les chrétiens marchent sur les stations de la croix, et où les musulmans prient à la mosquée Al-Aqsa.

Cependant, durant toutes ces années, les présidents représentant les États-Unis ont refusé de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël. En fait, nous avons refusé de reconnaître quelque capitale israélienne que ce soit. Mais aujourd’hui nous reconnaissons enfin l’évidence : Jérusalem est la capitale d’Israël.

Ce n’est rien de plus ou de moins qu’une reconnaissance de la réalité. C’est aussi la bonne chose à faire. C’est quelque chose qui doit être fait. C’est pourquoi, conformément au Jerusalem Embassy Act, je charge également le département d’État de commencer à préparer le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Cela entamera instantanément un processus d’embauche d’architectes, d’ingénieurs et de planificateurs, de sorte qu’une nouvelle ambassade, une fois achevée, devienne un magnifique hommage à la paix.

En faisant ces annonces, je tiens également à souligner un point très clairement : cette décision ne vise nullement à rompre notre ferme engagement à faciliter un accord de paix durable. Nous voulons un accord qui soit beaucoup pour les Israéliens, et beaucoup pour les Palestiniens. Nous ne prenons pas position sur les questions de statut final, y compris sur les limites spécifiques de la souveraineté israélienne à Jérusalem ou la résolution des frontières contestées. Ces questions sont laissées aux parties impliquées.

Les États-Unis demeurent profondément engagés à faciliter la conclusion d’un accord de paix acceptable pour les deux parties. J’ai l’intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à forger un tel accord. Sans aucun doute, Jérusalem est l’une des questions les plus sensibles de ces pourparlers. Les États-Unis soutiendraient une solution à deux États si les deux parties en conviennent.

En attendant, j’appelle toutes les parties à maintenir le statu quo dans les lieux saints de Jérusalem, y compris le Mont du Temple, également connu sous le nom de Haram al-Sharif.

Avant tout, notre plus grand espoir est la paix. Le désir universel dans chaque âme humaine. Avec l’action d’aujourd’hui, je réaffirme l’engagement de longue date de mon administration en faveur d’un avenir de paix et de sécurité pour la région. Il y aura bien sûr des désaccords et des dissensions concernant cette annonce. Mais nous sommes convaincus qu’au bout du compte, au fur et à mesure que nous surmonterons ces désaccords, nous atteindrons une paix et un niveau de meilleure compréhension et coopération.

Cette ville sacrée devrait susciter le meilleur de l’humanité, en levant les yeux sur ce qui est possible, sans nous ramener aux vieilles querelles devenues si prévisibles.

La paix n’est jamais hors de portée pour ceux qui veulent l’atteindre.

Aujourd’hui, nous appelons au calme, à la modération et aux voix de la tolérance pour l’emporter sur les pourvoyeurs de haine. Nos enfants devraient hériter de notre amour, pas de nos conflits. Je répète le message que j’ai livré au sommet historique et extraordinaire en Arabie saoudite plus tôt cette année. Le Moyen-Orient est une région riche de culture, d’esprit et d’Histoire. Ses peuples sont brillants, fiers et diversifiés, vibrants et forts. Mais l’avenir incroyable qui attend cette région est tenu à distance par les effusions de sang, l’ignorance et la terrorisme.

Le vice-président Pence se rendra dans la région dans les prochains jours pour réaffirmer notre engagement à travailler avec des partenaires à travers le Moyen-Orient pour vaincre le radicalisme qui menace les espoirs et les rêves des générations futures. Il est temps pour tous ceux qui désirent la paix d’expulser les extrémistes de leur milieu. Il est temps que toutes les nations et tous les peuples civilisés réagissent au désaccord par un débat raisonné, et non par la violence. Et il est temps pour les voix jeunes et modernes partout dans le Moyen-Orient de revendiquer pour elles-mêmes un avenir brillant et beau.

Alors aujourd’hui, dévouons-nous à nouveau à l’élaboration d’un chemin de compréhension et de respect mutuels. Repensons les anciennes hypothèses et ouvrons nos cœurs et nos esprits aux possibles et aux possibilités. Et finalement, je demande aux dirigeants de la région, politiques et religieux, israéliens et palestiniens, juifs, chrétiens et musulmans, de nous rejoindre dans la noble quête d’une paix durable.

Je vous remercie. Dieu te bénisse. Que Dieu bénisse Israël. Que Dieu bénisse les Palestiniens. Et que Dieu bénisse les États-Unis.

Merci beaucoup. Je vous remercie. Merci beaucoup, tout le monde. Je vous remercie. Je vous remercie. Merci beaucoup. »

Traduction et texte d’introduction : ‘Ami Artsi עמי ארצי

 

Un avis sur “Discours intégral de Donald Trump au sujet de Jérusalem (6 décembre 2017) (fr+eng)

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.