Etude : 60% des Arabes israéliens ont une opinion positive d’Israël (Ben Lynfield) (fr+eng)

Titre original : Survey : 60% of Arab Israelis have positive view of State
Date de publication : 27 septembre 2017
Site de publication : Jerusalem Post (JPost)
URL du site : http://www.jpost.com
URL de l’article : http://www.jpost.com/Israel-News/Survey-60-percent-of-Arab-Israelis-have-positive-view-of-state-506150
Auteur de l’article : Ben Lynfield
Nature de l’article : Extrait
Traduction : ‘Ami Artsi עמי ארצי
Date de traduction : 30 septembre 2017
Site de traduction : Israëlia ישראליה

Une étude sur les citoyens arabes d’Israël a trouvé plus d’opinions positives envers l’Etat et ses institutions qu’attendu.

60% des sondés ont déclaré avoir une opinion positive de l’Etat d’Israël, alors que 37% ont déclaré en avoir une négative.

Le sondage, dont les découvertes ont été publiées mercredi, a été mené par le bureau israélien du Konrad Adenauer Stiftung, le programme Konrad Adenauer pour la coopération judéo-arabe  à l’université Dayan Center de Tel Aviv, et Keevoon, une compagnie de recherche, stratégie et communications.

L’enquête d’opinion, menée le mois dernier, a sondé 876 citoyens d’Israël et 125 résidents permanents de l’Est yéroushalmi et comporte une marge d’erreur de 2,25%.

Décomposé par religion, 49% des musulmans ont une opinion favorable de l’Etat contre 48% défavorable, alors que 61% des chrétiens ont une opinion favorable contre 33% défavorable.

94% des druzes ont une opinion de l’Etat positive contre 6% qui en ont une négative.

Le sondage montre que légèrement plus d’Arabes israéliens ont une opinion positive du système légal, de la Cour Suprême et de la police que d’Arabes israéliens qui en ont une opinion négative. Cette dernière découverte est perçue comme la représentation des soucis énormes liés au crime au sein des communautés arabes.

« Le nombre de personnes qui ont répondu positivement quand il leur a été demandé leurs opinions au sujet des institutions de l’Etat est remarquablement haut », déclare Itamar Radai, directeur académique du Programme Adenauer et enseignant au Dayan Center. « Il représente un désir général d’être davantage intégré et de participer davantage ».

Parallèlement, le racisme a été listé comme une préoccupation majeure des sondés et 47% d’entre eux disent se sentir « généralement traités de façon inégale » en tant que citoyens arabes (1).

La plupart des sondés ont également affirmé que les citoyens arabes obtiennent une distribution injuste des revenus fiscaux.

Du point de vue de Michael Borchard, directeur israélien du Konrad Adenauer Stiftung, l’une des plus importantes découvertes est venue en réponse à la question posée aux citoyens « Quel terme vous décrirait-il le mieux ? »

28% d’entre eux ont répondu « Arabe israélien », 13% « Arabe, citoyen d’Israël », 11% « Israélien », et 2% « musulman israélien »(ndlr : total : 54%). Seulement 15%  ont répondu « Palestinien », 4% « Palestinien en Israël », 3% « citoyen palestinien en Israël » et 2% « Israélo-Palestinien ».

8% des sondés affirment préférer s’auto-identifier en tant que « musulman ».

« Il ressort qu’il y a plus d’identification avec Israël qu’avec un possible Etat palestinien » déclare Borchard. « Ils veulent être reconnus dans leur identité spécifique mais n’ont aucun problème à être lié à Israël. »

Borchard souligne également que 63% des citoyens arabes sondés ont déclaré qu’Israël est un endroit où il fait bon vivre, tandis que 34% disent le contraire, les personnes interrogées ont également loué le pays pour son haut degré de liberté personnelle et un fort niveau de stabilité.

« Le sens de la stabilité, le haut niveau de libertés personnelles et la qualité de vie, comparé aux pays environnants, sont appréciés » affirme Borchard.

L’étude a demandé aux citoyens interrogés d’évaluer de 1 à 10 combien ils « appartiennent » à l’Etat d’Israël. 45% ont donné des réponses entre 8 et 10, 17% entre 5 et 7 et 35% entre 1 et 4.

Elle a également demandé s’ils seraient fiers ou embarrassés si un proche devenait membre de la Knesset. 73% ont répondu qu’ils seraient fiers contre 16% qui serraient embarrassés.

L’étude démontre que les citoyens arabes sont plus préoccupés par l’économie, le crime et l’égalité que par le problème « palestinien ». Il leur a été demandé quel problème les préoccupe le plus, 22% des citoyens arabes ont répondu « la sécurité personnelle » et « le crime », et un nombre égal a répondu « le racisme ». 15% ont répondu « l’économie et le travail », tandis que 13% ont répondu « le problème palestinien ».

« Les personnes ont vécu en Israël les dernières 70 années et traduisent un désir d’être davantage intégrées », déclare Radai

« Leur intérêt concernant le problème « palestinien » peut être comparé à celui des Juifs israéliens au sujet des Juifs à travers le monde, les problèmes  domestiques ont une plus haute priorité ».

Au sujet des implications politiques de l’étude, Brochard a déclaré : « Israël devrait faire davantage pour répondre à cette attitude plutôt positive et offrir une meilleure intégration et ne pas avoir les allégations en cours selon lesquelles ces personnes ne sont pas loyales ou ne sont pas digne de confiance parce que la dynamique dit tout autre chose ».

Note : (1) Je suppose, assez logiquement que ces 47% font partie des 37% qui ont une opinion négative d’Israël. Quand on parle de racisme, dans un pays, il se manifeste dans la rue ou au niveau du fonctionnement de l’Etat, en d’autres termes, il s’agit d’un racisme de rue ou d’un racisme d’Etat… D’ailleurs le terme est généralement mal employé. Il désigne la plupart du temps la xénophobie. Le racisme étant une idéologie très précise reposant sur l’idée de différences qualitatives entre les « races ».

Entendre parler de racisme et de xénophobie en Israël me fait sourire car si c’est un racisme des rues, que l’on m’explique alors cette vidéo :

S’il s’agit d’un racisme d’Etat, que l’on m’explique alors comment les Arabes font pour intégrer toutes les structures de l’Etat au même titre que les Juifs (juges, policiers, militaires, députés, avoir leurs partis politiques, leurs journaux, etc… etc… de la même façon que les non-Arabes le font dans un Etat raciste et comment avec un racisme d’Etat il est possible qu’ils aient les mêmes droits et les mêmes obligations que tous les citoyens israéliens. Je rappelle, en outre, qu’à aucun moment un membre du gouvernement israélien, quelque soit son parti politique, n’a fait de déclaration suggérant un comportement discriminatoire envers les Arabes.

Maintenant qu’il puisse y avoir une attitude vigilante au sein de la population est naturel et sain dans ce type de contexte, il ne s’agit pas de racisme. On ne peut pas demander à une peuple de baisser son niveau de vigilance vis-à-vis d’une population pour permettre une meilleure intégration quand une partie de cette population se rend coupable d’atrocités vis-à-vis de lui depuis près d’un siècle et dans un contexte de guerre qui se poursuit encore aujourd’hui. C’est très beau, c’est idéaliste, mais ce n’est pas réaliste ni humain. La vigilance est naturelle quand on est menacé. Ça s’appelle l’instinct de survie.

Je ne prétend pas qu’il n’existe pas de xénophobie ou de racisme en Israël. Comme dans tous les pays du monde, il existe. J’en ai été personnellement témoin sur des blogs et de la part d’un ancien ami à moi. Mais jamais par moi-même en Israël. La proportion de propos et comportement racistes ou xénophobes en Israël est tellement faible qu’il serait vraiment absurde et ridicule de le signaler comme un problème majeur.

Il faut savoir que les Arabes israéliens considèrent comme du racisme le fait de faire l’objet de contrôles de police, ou qu’il y ait une vigilance accrue en leur direction dans les aéroports (ce qui est parfaitement normal quand on fait partie d’une population à risque), ils considèrent que le peu de Juifs voulant se marier ou se mettre en couple avec des Arabes est une forme de racisme. Ça n’a aucun rapport. Outre la présence d’un risque important pour la vie de la personne juive (si ce n’est par le partenaire arabe, par sa famille) (des cas assez fréquents de séquestration, entre autres, ont été rapportés), il y a une forte tradition de non-mixité au sein des couples dans le peuple juif, ceci afin qu’il puisse continuer d’exister. Tant de familles juives ont déjà disparu des suites de l’assimilation. 

A cela s’ajoute un autre problème, plus technique : D’après le judaïsme, est Juif qui est de mère juive. D’après l’islam, est musulman qui est de père musulman. Un enfant de mère juive et de père musulman risque d’être l’objet d’une bataille inter-familiale.

Tout ceci ne rend pas possible, ou rend très difficile l’existence de couples mixtes. Il ne s’agit pas, là non-plus, de racisme ni de xénophobie.

 

 

DONNÉES BRUTES :

1 – Globalement, opinions concernant l’Etat d’Israël :

Opinion positive : 60%
Opinion négative : 37%

2 – Dans le détail, opinions concernant l’Etat d’Israël :

Opinion positive :

49 % de musulmans
61% de chrétiens 
94% de druzes

Opinion négative :

48% de musulmans
33% de chrétiens 
6% de druzes

3 – Identification des Arabes en Israël :

Arabes israéliens : 28% 
Palestiniens : 15%  

Arabes, citoyens d’Israël : 13%  
Israéliens : 11% 
Musulmans : 8%
Palestiniens en Israël : 4%
Citoyen palestinien en Israël : 3%
Musulmans israéliens : 2%
Israélo-Palestiniens : 2% 

4 – Qualité de vie en Israël :

Agréable : 63%
Désagréable : 34%

5 – Degré d’appartenance à la société israélienne (notes sur 10) :

Entre 8 et 10 : 45%
Entre 5 et 7 : 17%
Entre 1 et 4 : 35%

6 – Sentiment à l’entrée d’un proche à la Knesset :

Fierté : 73%
Embarras, honte : 16%

7 – Préoccupations :

La sécurité personnelle et le crime : 22%
Le racisme : 22%
L’économie et le travail  : 15%
Le problème palestinien : 13%

 

(Marge d’erreur du sondage : 2,25%)

‘Ami Artsi עמי ארצי


Original title : Survey : 60% of Arab Israelis have positive view of State
Date of publication : September 27, 2017
Site of publication : Jerusalem Post (JPost)
Address of site : http://www.jpost.com
Address of the article : http://www.jpost.com/Israel-News/Survey-60-percent-of-Arab-Israelis-have-positive-view-of-state-506150
Author of the article : Ben Lynfield
Kind of article : Extract

A survey of Arab citizens of Israel has found more positive attitudes to the state and its institutions than was previously thought.

60% percent surveyed said they had a favorable view of the state, while 37% said their view was unfavorable.

The poll, whose findings were released Wednesday, was conducted by the Israel office of the Konrad Adenauer Stiftung, the Konrad Adenauer Program for Jewish-Arab Cooperation at Tel Aviv University’s Dayan Center and Keevoon, a research, strategy and communications company.

The poll, conducted last month, surveyed 876 citizens of Israel and 125 east Jerusalem permanent residents. It had a margin of error of 2.25%.

Broken down by religion, 49% of Muslims view the state favorably compared with 48% unfavorably, while 61% of Christians view it favorably compared to 33% unfavorably.

94% of Druse view the state favorably compared to 6% unfavorably.

The survey showed that slightly more Israeli-Arabs have favorable views of the legal system, Supreme Court and police than unfavorable ones. The latter finding is seen as reflecting tremendous worries about crime in Arab communities.

“The number of people who agreed to respond positively when asked about state institutions is quite remarkably high,” said Itamar Radai, academic director of the Adenauer Program and a scholar at the Dayan Center. “It reflects a general desire to be more incorporated and to participate more.”

At the same time, racism was listed as a top concern by respondents and 47% of them said they feel “generally treated unequally” as Arab citizens.

Most respondents also said that Arab citizens are getting an unfair distribution of tax revenues.

In the view of Michael Borchard, Israel director of the Konrad Adenauer Stiftung, one of the most significant findings came in response to the question posed to citizens, “Which term best describes you?” The largest number, 28%, replied “Israeli Arab” while 11% said “Israeli,” 13% said “Arab citizen of Israel” and 2% said “Israeli Muslim.” Only 15% said “Palestinian” while 4% said “Palestinian in Israel,” 3% said “Palestinian citizen in Israel” and 2% said “Israeli Palestinian.”

8% of respondents said their preferred self-identification was “Muslim.”

“The bottom line is there is more identification with Israel than with a possible Palestinian state,” Borchard said. “They want to be recognized in their specific identity but have no problem to be related in a way to Israel.”

Borchard also highlighted that 63% of Arab citizens surveyed said Israel is a “positive” place to live, with 34% saying it is negative, while respondents also gave high marks to the country for having a “strong” degree of personal freedom and a “strong” amount of stability.

“The sense of stability, amount of personal freedom and quality of life compared to surrounding countries is appreciated,” Borchard said.

The survey asked citizen respondents to rate on a scale of 1-10 how much “belonging” to the State of Israel they have. 45% gave responses between 8 and 10, 17% between 5 and 7 and 35% between 1 and 4.

Asked if they would be proud or embarrassed if a relative became a member of Knesset, 73% responded they would be proud and 16% embarrassed.

The survey found that Arab citizens are more concerned about the economy, crime and equality than the Palestinian issue. Asked which issue most concerns them, 22% of Arab citizens said personal security and crime and an equal number said racism. Fifteen percent said the economy and jobs, while 13% said the Palestinian issue.

“People have been living in Israel for the last 70 years and have a desire to be more incorporated,” said Radai.

“Their interest in the Palestinian issue can be compared to Israeli Jews being interested in Jews around the world even as domestic issues are a higher priority.”

Asked about the policy implications of the survey, Brochard said: “Israel should do more to answer this rather positive attitude and be more inclusive and not have these ongoing allegations that these people are not loyal or not to be trusted because the dynamics speak another language.”

Notice : I suppose, rather logically, that these 47 % are a part of the 37% who have unfavorable views on the State of Israel. When you talk about racism, in a country, it occurs in the streets or at the level of the functioning of the State, in other words, it is about a street racism or about a State racism… Moreover the term is generally badly used. It appoints most of the time the xenophobia. The racism being a very precise ideology basing on the idea of qualitative differences between « races ».

To hear about racism and about xenophobia in Israel gives me to smile because if it is the street racism, then I’d like somebody to explain to me that video :

And it is easily verifiable by going in Israel and by verifying by oneself !

If it is about a State racism, I’d like someone to explain to me how the Arabs do to integrate all the structures of the State in the same way as the Jews (judges, policemen, servicemen, members of parliament, to have their political parties, their newspapers, etc… etc… the same way non-Arab people does  into a racist State… and how, with a State racism, it is possible for them to have the same rights and duties than other Israeli citizens. I recalls that at no time a member of the israeli governement, whatever his party is, told  anything suggesting any discriminatory behaviour about the Arabs.

Now, that he can have a watchful attitude within the population there, it is natural and safe in this type of context. That is not racism.

Nobody can ask for one people to lower their level of vigilance towards a population to allow a better integration when a part of that population is guilty of atrocities for near one century. It is very beautiful, it is idealistic, but it is not realistic nor human. The vigilance is natural when we are threatened. It is called the instinct of survival.

I do not pretend there is no xenophobia or of racism in Israel. Like in any other country in the world, there is xenophobia and/or racism in Israel. I’ve been a witness of it on some blogs and from a former friend of mine. The proportion of racist or xenophobic remarks and behaviours is so low in Israel that it would be really absurd and ridiculous to report it as a main problem.

It should be noted that Israeli-Arabs consider as a racist injustice to be subject of police controls, or that there is increased vigilance in their direction into the airport (which is perfectly normal when you are a part of a population at risk), they think the few Jews wanting to marry them or to put themselves in couple with Arabs is a kind of racism. It has nothing to do with « racism ». Besides the presence of important risks for the Jewish personn (if not by the partner, by his family) (rather frequent cases of detention, among others, were reported), there is a strong tradition of non-mixing within the couples in the Jewish people, this so that they can continue to exist. So many Jewish families have already disappeared from the consequences of the assimilation.

In it is added another problem, more technical : According to Judaism, someone is Jewish when his mother is. According to Islam, someone is Muslim when his father is. A child from a Jewish mother and a Muslim father risk to be the object of an inter-family battle.

All this does not make possible, or makes very difficult the existence of mixed couples. It is not a question, there non-more, of racism or xenophobia.

HARD DATA :

1 – Globally, views about the State of Israël :

Favorable view : 60%
Unfavorable view : 37%

2 – In detail, views about the State of Israel :

Favorable view :

49 % of Muslims
61% of Christians
94% of Druzes

Unfavorable view :

48% of Muslims
33% of Christians 
6% of Druzes

3 – Arabs’ self-identification in Israel :

Israeli-Arabs : 28% 
Palestinians : 15%  

Arabs, citizens of Israël : 13%  
Israelis : 11% 
Muslims : 8%
Palestinians in Israel : 4%
Palestinian citizen in Israel : 3%
Israeli Muslims : 2%
Israeli-Palestinians : 2% 

4 – Quality of life in Israel :

Pleasant : 63%
Unpleasant : 34%

5 – Degree of belonging to the Israeli society (scale on 10) :

Between 8 and 10 : 45%
Between 5 and 7 : 17%
Between 1 and 4 : 35%

6 – Feeling about the entry of a relative into the Knesset :

Pride : 73%
Embarrassment : 16%

7 – Concerns :

Personal security and crime : 22%
Racism : 22%
Economy and Jobs  : 15%
Palestinian issue : 13%

(Survey’s margin of error of 2.25%)

‘Ami Artsi עמי ארצי

C'est vous qui le dites

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s