Il est temps de reconnaître Israël comme la plus vieille victime de fake news du monde (Judith Bergman) (fr+eng)

Titre original : Time to recognize Israel as world’s oldest victim of ‘fake news’
Date de publication : 18 juin 2017
Site de publication : World Israel News
URL du site : https://worldisraelnews.com
URL de l’article : https://worldisraelnews.com/the-truth-about-israel-vs-fake-news
Auteur de l’article : Judith Bergman
Nature de l’article : extrait
Traduction : ‘Ami Artsi עמי ארצי
Date de traduction : 21 septembre 2017
Site de traduction : Israëlia ישראליה

A une époque où combattre les ‘fake news’ est devenu une priorité absolue pour ceux qui affirment se soucier de la vérité, la reconnaissance d’Israël comme étant le plus vieux sujet de fake news se fait attendre depuis longtemps. Des universitaires, des médias professionnels, des journalistes et des diplomates, des organisations gouvernementales, des organisations non-gouvernementales, des organisations internationales ont réécrit l’Histoire d’Israël (aussi bien l’ancienne que la moderne) pendant des décennies, dépeignant Israël comme un Etat abominable, coupable des pires formes de crimes. Les tentatives concertées et massives pour dénigrer un Etat moderne (dans le but de criminaliser et déshumaniser son peuple aux yeux de la communauté internationale) est sans précédent, même si le peuple qui a apporté au monde les Dix Commandements a toujours été la cible des haines et des calomnies les plus extrêmes.

Les régimes nazis et soviétiques ont représenté l’apex de cette haine à l’encontre des Juifs dans les temps modernes. Aujourd’hui, la haine anti-juive a simplement modifié ses priorités. Aujourd’hui  la haine anti-juive est passée à l’Etat moderne d’Israël en se déguisant commodément en « anti-sionisme », qui n’est pas aussi souvent que le prétendent ses défenseurs une « critique légitime d’Israël », mais simplement un déni brute du droit du peuple juif à l’auto-détermination. Ce que les anti-sionistes souhaitent refuser aux Juifs qu’ils visent pour en pourvoir abondamment les Arabes « palestiniens » qui, sans en être sa population la plus importante, constitue une partie indissociable du monde arabe qui dispose déjà de 22 pays souverains couvrant une superficie de plus de 13 millions de mètres carrés (correspondant à 500 fois la taille d’Israël ou une fois et demie la taille des Etats-Unis). Les responsables arabes « palestiniens » ont, à de nombreuses reprises, reconnu ce fait.

Dans une interview avec le journal néo-zélandais Trouw, le 31 mars 1977, Za’hir Mu’hsein, un membre du comité exécutif de l’OLP, a déclaré

« Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un Etat palestinien est uniquement un moyen de poursuivre notre combat contre l’Etat d’Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’existe aucune différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. C’est uniquement pour des raisons politiques et stratégiques que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien, depuis que les intérêts nationaux arabes exigent que nous distinguions un « peuple palestinien » distinct à opposer au sionisme… En tant que Palestinien, je peux, sans doute, revendiquer ‘Haïfa, Jaffa, Beer Sheva et Jérusalem. Cependant, dès que nous récupérerons notre droit sur toute la Palestine, nous n’attendrons pas une minute pour unir la Palestine et la Jordanie. »

 

Dans une interview télévisée de 1977 avec l’Associated Press, Mu’hsein a déclaré

« Il n’existe aucune objection dans l’esprit palestinien… Rien n’empêche cela de se produire… [une confédération jordano-palestinienne]« 

Un dirigeant arabe syrien : « Il n’existe aucun pays répondant au nom de ‘Palestine’ « 

Mu’hsein faisait seulement écho à ce que les Arabes avant lui avaient dit, comme par exemple Auni Bey Abdul-‘Hadi, un dirigeant arabe syrien, qui avait dit à la Commission britannique Peel, en 1937 :

« Il n’existe aucun pays répondant au nom de « Palestine ». ‘Palestine’ est un terme inventé par les sionistes. Il n’y a pas de Palestine dans la Bible. Notre pays a, depuis des siècles, appartenu à  la Syrie. La ‘Palestine’ nous est étrangère. Ce sont les sionistes qui l’ont instaurée. »

Le « ministre de l’intérieur et de la sécurité nationale » du ‘Hamas, Fathi ‘Hammad, a été clair sur le fait que rien n’a changé depuis 1977 et a reconnu que l’identité palestinienne proclamée est fausse, une invention pour des objectifs politiques et stratégiques de victoire sur Israël, étant donné que les Etats arabes ont échoué militairement. Voici ce que ‘Hamad  a déclaré quand il était interviewé sur Al-Hekma TV en mars 2012 :

« Mes frères, la moitié des Palestiniens sont Égyptiens et l’autre moitié sont Saoudiens. Qui sont les Palestiniens ? Nous avons des familles qui s’appellent al-Masri (trad. « l’Égyptien »), dont les racines sont égyptiennes. Égyptiennes ! Elles peuvent être d’Alexandrie, du Caire, de Damiette, du Nord, d’Aswan, de la Haute Egypte. Nous sommes Égyptiens… »

Il a raison. Yasser Arafat lui-même était Égyptien.

Les Arabes « palestiniens » reconnaissent que l’identité palestinienne proclamée est fausse

Pourquoi le monde est-il obsédé à l’idée d’établir un Etat arabe palestinien, injectant des milliards de dollars du contribuable dans cette entreprise, si les « Palestiniens » eux-mêmes admettent aisément que leur identité proclamée est fausse ?

Puisque le monde entre si impatiemment dans le jeu de la charade (même Israël y a joué depuis les accords d’Oslo en 1993), rien n’incite le dirigeant de l’Autorité Palestinienne, Ma’hmoud Abbas, à mettre un terme à l’incitation terroriste ou aux rémunérations des terroristes par son régime, dans un avenir proche.

L’Histoire, cependant, ne ment pas. Quand l’Autorité Palestinienne a érigé un musée pour renforcer la fausse narration, elle n’avait rien à mettre dans ses pièces vides. C’est simple : L’Histoire du pays que les « Palestiniens » revendique est juive. La terre d’Israël regorge d’artefacts archéologiques, et ils portent tous le témoignage de la présence juive depuis plus de 3 000 ans. Cette présence ne s’est jamais interrompue, quelque soit la dureté des conditions imposées par une liste changeante d’envahisseurs et de colonisateurs.

Ma’hmoud Abbas, le négationniste, ne laisse naturellement pas les faits entraver sa route. Il y a un an, à la cérémonie de l’inauguration du muséum cruellement vide, il a déclaré :

« Ce muséum dira au monde, au monde entier, que nous étions là, que nous sommes encore là, et que nous continuerons d’être là… Nous avons été plantés ici depuis la nuit des temps. »

Les premiers Arabes sur la terre d’Israël étaient des colonisateurs

Abbas n’acceptera jamais que les premiers Arabes sont entrés en terre d’Israël en colonisateurs pendant la conquête islamique du 7ème siècle, à une époque où la présence juive avait déjà duré depuis près de 2 000 ans. Les Arabes « palestiniens » ont aussi toujours négligé le fait qu’à travers les siècles, les Juifs se sont battus contre vents et marées pour conserver une présence significative sur leur propre terre, mais que les innombrables invasions et colonisations ont fait payer un lourd tribut aux Juifs d’Israël en terme d’exile forcé, d’esclavage et de meurtres, entre les mains des envahisseurs.

Pendant les quatre derniers siècles, avant l’établissement du mandat britannique, la terre d’Israël était colonisée par l’empire ottoman, et les Juifs qui ont décidé de se cramponner à leur terre étaient traités comme des citoyens de seconde zone par les dirigeants musulmans qui leur ont imposé un impôt (jizziah) si dur que vivre était devenu quasiment impossible. C’est ce dont les journalistes experts devraient parler, quand ils lancent de fausses accusations d’ ‘impérialisme’ à l’encontre d’Israël.

Israël continue de prospérer

En dépit de tout, aujourd’hui, Israël prospère en tant que nation moderne, démocratique, pluraliste et très novatrice. Alors que l’Occident, et plus particulièrement l’Europe, doute de plus en plus de  sa propre Histoire, ses traditions et sa légitimité, Israël continue de se battre fièrement pour son existence.

 

 


Original title : Time to recognize Israel as world’s oldest victim of ‘fake news’
Date of publication : June 18, 2017
Site of publication : World Israel News
Address of the Site : https://worldisraelnews.com
Address of the article : https://worldisraelnews.com/the-truth-about-israel-vs-fake-news
Author of the article : Judith Bergman

In an age where combating ‘fake news’ has become a top priority for those who claim to care about the truth, recognition that Israel is the longest-standing subject of fake news is long overdue.

Academic and media professionals, journalists and diplomats, governmental, non-governmental and international organizations have been rewriting the history of Israel – both ancient and modern – for decades, portraying Israel as an abhorrent state, guilty of the lowest forms of crimes. The concerted and massive effort to denigrate a modern state – in order to criminalize and dehumanize its people in the eyes of the international community – knows no precedent, even though the people that brought the world the Ten Commandments has always been at the receiving end of hatred and vilification.

The Nazi and Soviet regimes represented the apex of that hatred of the Jews in modern times. Today, anti-Jewish hatred has merely shifted its focus to the modern state of Israel, conveniently disguising itself as ‘anti-Zionism’, which is not, as is often claimed by its defenders, ‘legitimate criticism of Israel’, but simply a crude denial of the Jewish people’s right to self-determination.

What the anti-Zionists wish to deny the Jews they ache to richly bestow on the Palestinian Arabs, who do not constitute a separate people to begin with, but are an indistinguishable part of the Arab world, which has at its disposal 22 sovereign Arab states already, covering a territory of more than 13 million square meters (corresponding to 500 times the size of Israel or one and a half times the size of the United States). Palestinian Arab officials themselves have repeatedly stated this fact.

In a 1977 interview with Dutch newspaper Trouw, PLO executive committee member Zahir Muhsein said:

 

“The Palestinian people does not exist. The creation of a Palestinian state is only a means for continuing our struggle against the state of Israel for our Arab unity. In reality today there is no difference between Jordanians, Palestinians, Syrians and Lebanese. Only for political and tactical reasons do we speak today about the existence of a Palestinian people, since Arab national interests demand that we posit the existence of a distinct ‘Palestinian people’ to oppose Zionism… As a Palestinian, I can undoubtedly demand Haifa, Jaffa, Beer-Sheva and Jerusalem. However, the moment we reclaim our right to all of Palestine, we will not wait even a minute to unite Palestine and Jordan.”

 

In a 1977 televised interview with AP, Muhsein repeated this sentiment:

 

“There is no objection in the Palestinian mind… there is nothing to prevent that… [Palestinian-Jordanian confederation].”

Syrian Arab Leader: ‘No Such Country as Palestine’

Muhsein was only echoing what Arabs before him had said, such as Auni Bey Abdul-Hadi, a Syrian Arab leader who told the British Peel Commission, in 1937 :

 

“There is no such country as Palestine. ‘Palestine’ is a term the Zionists invented. There is no Palestine in the Bible. Our country was for centuries part of Syria. ‘Palestine’ is alien to us. It is the Zionists who introduced it.”

 

Hamas Minister of the Interior and of National Security Fathi Hammad made it clear that nothing has changed since 1977 and admitted that the professed Palestinian identity is fake, an invention for the political and tactical purpose of defeating Israel, as the Arab states failed to do so militarily. This is what Hammad said when he was interviewed on Al-Hekma TV in March 2012:

 

“Brothers, half of the Palestinians are Egyptians and the other half are Saudis. Who are the Palestinians? We have many families called Al-Masri, whose roots are Egyptian. Egyptian! They may be from Alexandria, from Cairo, from Dumietta, from the North, from Aswan, from Upper Egypt. We are Egyptians…”

He is right. Yasser Arafat himself was an Egyptian.

Palestinian Arabs Admit Professed Identity is Fake

Why is the world obsessed with establishing a Palestinian Arab state, funneling billions of taxpayer dollars into that enterprise, if the Palestinian Arabs themselves readily admit that their professed identity is fake?

Since the world so eagerly plays along with the charade – even Israel has played along with it since the Oslo Declaration of Principles in 1993 – there is no incentive for PA leader Mahmoud Abbas to end his regime’s ongoing terrorist incitement or payments to terrorists anytime soon.

History, however, does not lie. When the PA erected a museum to bolster the fake narrative, they had nothing to put in its empty rooms. It is simple: The history of the land they claim is Jewish. The land of Israel is bursting with archaeological artifacts, and they all bear testimony to a Jewish presence going back more than 3,000 years in time. That presence never ceased, no matter how harsh the conditions imposed by a changing roster of invaders and colonizers.

Mahmoud Abbas, the Holocaust denier, naturally does not let facts get in the way. At the inauguration ceremony of the starkly empty museum a year ago, he said :

“This museum will tell the world – the entire world – that we were here, we are still here, and we will continue to be here…We have been planted here since the dawn of history.”

First Arabs in Land of Israel were Colonizers

Abbas would never admit that Arabs first entered the Land of Israel as colonizers during the Muslim conquests of the 7th century, at a time when the Jewish presence in the land had already lasted nearly 2000 years. They also neglect the fact that throughout the centuries the Jews fought against all odds to keep a significant presence in their own land, but that the innumerable foreign invasions and colonization took its heavy toll on the Jews of Israel in terms of forced exile, slavery and murder at the hands of the invaders.

For the last four centuries prior to the establishment of the British mandate, the land of Israel was colonized by the Ottoman empire, and the Jews who managed to hang on to the land were treated as second-rate citizens by their Muslim rulers, who taxed them so hard that living almost became impossible. This is what media pundits should be talking about, when they falsely accuse Israel of ‘imperialism.’

Israel Continues to Thrive

Despite everything, today Israel thrives as a modern, democratic, pluralistic and highly innovative nation. As the West, most notably Europe increasingly loses its faith in its own history, traditions and legitimacy, Israel continues to fight proudly for its existence.

C'est vous qui le dites

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s